Ambassade Ambassade Ambassade Excellence

Chapal

Vers l’infini et au-delà

Pourquoi des blousons d’aviateur ?
– Parce qu’ils les ont inventés.
 
La Tannerie Chapal naît à Crocq, dans la Creuse, en 1832. La maison est spécialiste de la peau de lapin et son savoir faire traverse bientôt l’Atlantique jusque dans l’état de New-York, à Brooklyn, où la maison fonde en 1881 ses ateliers américains ; en sortent les premiers chapeaux et vêtements Chapal.
 
L’aviation en est à ses tout premiers vols et Chapal veille sur les hommes de l’air, la maison produit leurs combinaisons, suit au plus près leur histoire et innove continuellement. Les vêtements se dessinent au fil de l’évolution des machines ailées. Première guerre mondiale, le capitaine George Guynemer est équipé d’une veste trois-quart croisée, large col en mouton doré, devenu le modèle Chapal 1914. Il pilote un SPAD S. VII au sein de l’escadrille des cigognes, l’unité de chasse la plus glorieuse des Ailes françaises.
 
Charles – l’Aigle solitaire – Lindberg, arbore le blouson A1 (Avion 1) aux poignets, col et taille bord côte ; ce futur classique, dessiné par l’Army Air Corp est entré dans les classiques Chapal. Un blouson, parce que dans un cockpit, c’est moins encombrant qu’une veste – lorsque l’on décide de traverser sans escale l’Atlantique, un 21 mai 1927, en un peu plus de 33 heures, à bord d’un Spirit of Saint-Louis chargé de 1700 litres de carburant.
 
1934, Chapal invente à Brooklyn, pour l’armée américaine dont elle est le fournisseur, le procédé d’imperméabilisation/plastification qui confère au B3, le fameux bomber en peau de mouton retournée, son aspect si spécifique. Des tenues officielles des JO d’hiver de 1969 à la collaboration avec Dior pendant deux décennies, Chapal ne cesse, sous la houlette magique de Jean-François Bardinon, de développer ses savoir-faire spécifiques sans jamais manquer à l’excellence qui le porte au firmament et au-delà.
 
V.B.

ProduIts Chapal